• Accueil
  • Contenu
  • Plan du site
  • Exact matches only
    Search in title
    Search in content
    Search in posts
    Search in pages
    Filter by Categories
    Agence de Communication
    Aide à domicile
    Alimentation
    Architectes
    Artistes
    Audioprothésiste
    Auto écoles
    Bar
    Bijoutier
    Boucherie
    Bulletin d'Informations Municipales
    Bureau de Poste
    Cabinet d'Assurance
    Chambres d'Hôtes
    Chef à domicile
    Coiffeurs
    Colline Bleue
    Construction Terrassement
    Couture
    Culture
    Découvrir & Sortir
    Dentiste - Orthodontiste
    Divers
    Electricien
    Énergéticienne
    Enfance
    Environnement
    Evénement passé
    Garages Stations Services
    Groupe d'opposition "Ventabren avec vous"
    Groupe d'opposition "Ventabren Avenir"
    Immobilier
    Infirmière
    Informatique
    Instituts de beauté
    Jardineries Fleuristes
    Jardinier - Paysagiste - Élagueur
    Kinésiologue
    Kinésithérapeutes
    Laboratoire
    Loisirs
    Magazine des associations
    Majorité
    Médecin
    Menuisiers
    Meublés de Tourisme
    Opposition
    Opticien
    Orthophonistes
    Ostéopathes
    Patrimoine
    Pharmacies
    Photographes Vidéastes
    Piscinistes
    Podologues
    Poissonnerie
    Presse Tabac Loto
    Primeur
    Psychologue - Hypnothérapeute
    Psychomotriciens
    Psychothérapeutes
    Publications Officielles
    Réflexologie
    Relaxation-Sophrologie-Yoga
    Restaurant
    Salle de réception
    Sécurité
    Solidarité
    Sport
    Taxis
    Transport
    Urbanisme
    Vétérinaires
    Vie associative
    Vie Municipale
  • Portail familles
Accueil > Dossiers > Coronavirus Covid 19

 

Questions/réponses du site du Gouvernement sur la maladie, les conditions de déconfinement, les employeurs, salariés… 

L’application TousAntiCovid

Avec TousAntiCovid, participez à la lutte contre l’épidémie en réduisant les risques de transmission.
Soyez alertés et alertez les autres en cas d’exposition à la COVID-19.

 

Nouvelles mesures – Couvre-feu – #TousAntiCovid  Haut de page

Mis à jour le 12 janvier 2021

Couvre-feu de 18h00 à 6h00

Depuis le 12 janvier 2021, 25 départements sont concernés par un couvre-feu étendu de 18h00 à 06h00 en raison de l’évolution de la situation sanitaire. Ces départements sont : Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Ardennes, Doubs, Jura, Marne, Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Meuse, Haute-Saône, Vosges, Moselle, Territoire de Belfort, Nièvre, Saône-et-Loire, Bas-Rhin, Bouches-du-Rhône, Haut-Rhin, Allier, Vaucluse, Cher, Côte d’Or, Alpes de Haute-Provence, Drôme et Var.

  • Fin des attestations et déplacements entre régions autorisés ;
  • Couvre-feu de 18h00 à 06h00 du matin ;
  • Reprise des sports extra-scolaires en intérieur avec une distanciation de 2 mètres minimum ;
  • Interdiction des rassemblements sur la voie publique.
  • Salles de cinéma, théâtres, musées, salles de sport et restaurants fermés ;
    • La situation sera réévaluée le 20 janvier prochain, afin d’examiner, alors, s’il est possible d’envisager une réouverture.
  • Possible réouverture des stations de ski courant février.

Le non-respect du couvre-feu entraînera :

  • Première sanction : une amende de 135 euros, majorée à 375 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l’avis de contravention)
  • En cas de récidive dans les 15 jours : une amende de 200 euros, majorée à 450 euros (en cas de non-paiement ou de non-contestation dans le délai indiqué sur l’avis de contravention)
  • Après 3 infractions en 30 jours : une amende de 3750 euros passible de 6 mois d’emprisonnement.

Arrêté préfectoral du 9 janvier 2021 concernant les Bouches-du-Rhône

Avis de l’ARS du 9 janvier 2021

Education

Les crèches, écoles, collèges et lycées restent ouverts avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans.

La prise en charge périscolaire (garderie, centres aérés) est également maintenue tout comme les structures d’accueil spécialisées pour les enfants en difficulté physique ou psychique notamment les instituts médico-éducatifs.

Les formations et concours font aussi l’objet de dérogation.

Concernant l’enseignement supérieur, l’ensemble des cours magistraux et travaux dirigés restent en distanciel sauf exception pour certains travaux pratiques. L’accès aux bibliothèques universitaires est possible. Les restaurants universitaires ne pourront que faire de la vente à emporter.

Personne âgées

Afin de lutter contre la solitude des ainés les visites en EHPAD et en maison de retraite sont autorisées pendant le confinement dans le strict respect des mesures barrières.

Travail

Le télétravail est obligatoire à 100 % partout où il est possible.
Cependant, contrairement au confinement de mars le secteur du bâtiment et des travaux publics ainsi que les usines et les exploitations agricoles peuvent poursuivre leur activité.

Les bureaux de poste et les guichets de service publics restent également ouverts.

Commerces et établissements recevant du public (ERP) :

L’ensemble des commerces, quelle que soit leur taille, ont rouverts depuis le samedi 28 novembre.

Cette réouverture s’est faite dans le respect d’un protocole sanitaire renforcé, fruit des concertations qui ont eu lieu ces dernières semaines avec les représentants des professionnels, et qui prévoit une augmentation de la jauge de densité (8 mètres carré pour une personne) pour l’accueil du public, alignée sur les pratiques de nos voisins.

En plus de ces règles, les commerces devront fermer à 20h ou à 18h au plus tard, selon le couvre-feu en vigueur, afin de limiter les déplacements et regroupements en soirée. Pour limiter la concentration des flux et favoriser l’activité commerciale, les possibilités d’ouverture des commerces le dimanche seront élargies.

Les auto-écoles pourront reprendre leur activité de préparation aux épreuves pratiques du permis de conduire, dans le respect du protocole sanitaire qu’elles appliquaient jusqu’ici. La préparation des épreuves théoriques continuera de se faire à distance.

La reprise des visites immobilières sera autorisée, pour les professionnels comme les particuliers, dans le respect du protocole sanitaire applicable.

De même que les services à domicile, là aussi dans le respect des règles sanitaires applicables.

Activités culturelles

Tous les commerces restent accessibles.

Les bibliothèques et les archives sont accessibles au public.

Les musées, les cinémas et les salles de théâtre restent fermés. La situation sera réévaluée le 20 janvier prochain, afin d’examiner, alors, s’il est possible d’envisager une réouverture.

 

Lieux de culte

Les offices dans les lieux de cultes sont autorisés, les fidèles doivent respecter une règle d’un siège sur trois et d’une rangée sur deux pour y assister.

Déplacements internationaux

Si les frontières avec l’Union Européenne restent ouvertes, sauf exception les frontières extérieures sont fermées. Les Français de l’étrangers restent bien sûr libres de regagner le territoire national.

Un test négatif de moins de 72h est obligatoire pour entrer sur le territoire. Par ailleurs dans les ports et les aéroports des tests rapides seront déployés pour toutes les arrivées.

A partir du 15 décembre, les déplacements vers l’étranger seront possibles. Compte tenu de l’évolution rapide de la pandémie dans le monde, il sera indispensable de se tenir informé avant d’envisager tout déplacement, en consultant les conseils aux voyageurs du Ministère des affaires étrangères au regard en particulier de la situation sanitaire dans le pays de destination et des éventuelles restrictions en matière d’accès et de séjour.

 

  Tests et confinement

Afin d’inciter au maximum les personnes présentant des symptômes à rester isolées à leur domicile, elles pourront bénéficier d’indemnités journalières et du complément employeur, sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, lorsqu’elles sont testées positives à la Covid-19 ou dès lors qu’elles sont symptomatiques, dans l’attente du résultat de leur test.

Les personnes qui présentent des symptômes de la Covid-19 doivent s’isoler à leur domicile, dès l’apparition des symptômes, et effectuer un test de dépistage au plus vite.

Si elles ne sont pas en mesure de continuer à travailler depuis leur domicile, elles sont invitées à se déclarer, à compter du 10 janvier, sur le site declare.ameli.fr ou declare.msa.fr et à s’engager à réaliser un test antigénique ou RT-PCR dans les deux jours suivants.

Cette démarche leur permet de bénéficier du versement d’indemnités journalières et du complément employeur, sans délai de carence ou de conditions d’ouverture du droit, dès la déclaration des symptômes et le premier jour d’arrêt et ce jusqu’à l’obtention du résultat de leur test. Les salariés bénéficient ainsi d’un remplacement quasi-intégral de leur salaire pendant leur isolement.

En pratique, les personnes concernées :

  • se déclarent sur le site declare.ameli.fr ou declare.msa.fr ;
  • reçoivent alors un récépissé leur permettant de justifier leur absence auprès de leur employeur ;
  • se reconnectent au téléservice une fois le test de dépistage réalisé dans le délai imparti, afin d’indiquer la date du test et le lieu de dépistage.

Si le résultat de leur test est négatif, elles peuvent reprendre leur activité professionnelle (ou consulter un médecin si leurs symptômes persistent et ne permettent pas d’exercer leur activité). Elles reçoivent pour cela un document de l’assurance maladie attestant des dates acceptées pour l’arrêt de travail, à remettre à leur employeur.

Si le test est positif, leur arrêt de travail est alors prolongé.

La durée de ce dispositif, qui sera fixée au 31 mars 2021 par un prochain décret, sera réévaluée en fonction de la situation épidémiologique.

 

Les dispositifs d’aides économiques aux entreprises

Mis à jour le 27 novembre 2020

Retrouvez sur le site du ministère de l’économie toutes les aides d’urgence mises en place par l’Etat.

Ainsi que les plans de soutien sectoriels.

Les services municipaux  Haut de page

Mis à jour le 30/10/2020

Les services municipaux restent ouverts 

  • Accueil Mairie
  • Service Urbanisme
  • Services Techniques
  • CCAS
  • Pôle Enfance
  • Police Municipale
  • Bibliothèque aux horaires habituels sur rendez-vous (04 42 28 71 81, bibliotheque@mairie-ventabren.fr)

Les écoles, services de restauration et périscolaire restent ouverts et accessibles, avec un protocole sanitaire renforcé dont le port du masque obligatoire dès l’âge de 6 ans.

Les permanences de Monsieur le Maire sont suspendues.

 

Mis à jour le 30/10/2020

Les Journées Défense et Citoyenneté (JDC) sont suspendues jusqu’à nouvel ordre et seront reportées à une date ultérieure.

Le certificat de participation à la Journée Défense et Citoyenneté est un document requis pour s’inscrire à un examen (baccalauréat, BEP…) ou à un concours et ce, jusqu’au 25ème anniversaire du candidat. Dans le cadre du report des journées de défense et citoyenneté, les candidats au baccalauréat ou autres examens (hors celui permis de conduire) ne disposant pas de certificat de participation à la JDC, pourront fournir les pièces suivantes :

  • pour les moins de 18 ans, l’attestation de recensement ;
  • pour les plus de 18 ans, l’attestation provisoire « en instance de convocation ».

Ces mesures répondent à l’application des consignes barrières en vue de limiter la propagation du virus COVID-19.

 

Les actions du Centre Communal d’Action Sociale  Haut de page

Mis à jour le 30/11/2020

Afin d’optimiser les déplacements des personnes fragiles, nous vous rappelons que le Centre Communal d’Action Sociale (CCAS) à l’habitude de travailler avec des sociétés de portage de repas à domicile.

Sont toujours en activité en ce moment :

  • PORT’ A PORTE  06 28 37 07 81 (1 repas par jour 10,70 € / 2 repas par jour 19 €)
  • CARLA   06 61 31 40 09 (le plat : 10 € et supplément pour dessert)

Sont aussi proposés par le CCAS :

  • Contact téléphonique
  • Vigilance pour les plus fragiles
  • Travail étroit en relation avec les associations d’aide à domicile.
  • Transport par M. Massiani les mardis et vendredis pour les seniors pour assurer les courses sur Intermarché : 06 70 06 21 81

Observons la plus grande vigilance auprès de nos proches afin de ne pas les laisser dans l’isolement psychologique ou logistique.

Soutien psychologique Haut de page

Mis à jour le 01/04/2020

La situation liée à l’épidémie de Covid-19 est potentiellement stressante pour de nombreuses personnes. Le confinement peut générer de l’anxiété et de la souffrance.

La gravité de la maladie chez certains patients nécessite de les accompagner ainsi que leurs familles.

Il est donc nécessaire de mettre en place une démarche de prévention des risques psychologiques afin de préserver le bien-être et d’aider la population à s’adapter à l’épidémie.

Le centre régional de psychotraumatisme PACA-Corse (CHU de Nice et hôpital Lenval)  avec les Cellules d’urgences médico-psychologique de chaque département, lance une plateforme d’écoute dédiée avec le soutien de l’ARS PACA et de la métropole Nice Côte d’Azur.

L’objectif ?

Offrir aux personnes qui le nécessitent une écoute et si besoin un soutien psychologique.

A qui s’adresse la plateforme ?

A toutes les personnes qui recherche un appui psychologique en lien avec le COVID-19.

En Région Paca

04 97 13 50 03
9h – 20h
du lundi au vendredi

Au niveau national

Un dispositif national de prise en charge médico-psychologique a également été instauré via le numéro vert 24h/24 et 7j/7 : 0 800 130 000 en lien avec la Croix-Rouge et le réseau national de l’urgence médico-psychologique (CUMP).

 

Mis à jour le 25/03/2020

Pendant le temps de confinement et pour soutenir ceux qui en expriment le besoin en cette période difficile, le diocèse d’Aix-en-Provence et Arles met en place une ligne d’écoute téléphonique : « Un cœur qui écoute ».

La ligne est opérationnelle 7 jours sur 7, de 8 h à 20 h. Des écoutants chrétiens (hommes/femmes, mariés/célibataires, religieux/laïcs) sont disponibles pour recevoir les appels. Ils sauront être une oreille attentive et bienveillante face aux peurs et aux questions que soulève le confinement. Ce numéro offre également la possibilité de prier un moment avec eux au bout du fil.

Le numéro de cette ligne, nommée « Un cœur qui écoute », est le : 04.42.17.58.31

 

 

 

Les conseils d’hygiène Haut de page

Mis à jour le 24/11/2020

Extrait des questions/réponses du site du Gouvernement

Faut-il désinfecter les surfaces ? 

Oui. Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés (eau de Javel, éthanol 70%…) sont efficaces contre le COVID-19. En plus du nettoyage régulier, les surfaces qui sont fréquemment touchées avec les mains doivent être nettoyées et désinfectées deux fois par jour, notamment lorsqu’elles sont visiblement souillées. Il s’agit par exemple des poignées de porte, des boutons d’ascenseur, des interrupteurs d’éclairage, des poignées de toilettes, des comptoirs, des mains courantes, des surfaces d’écran tactile et des claviers.

Faut-il désinfecter ses conserves et laver ses fruits et légumes en rentrant des courses ?
Il est recommandé de bien suivre les règles d’hygiène des mains en rentrant des courses et après manipulation des produits alimentaires. Il est également important de laver fruits et légumes, comme d’habitude, en suivant les règles de bonnes pratiques d’hygiène alimentaire disponibles sur le site de l’ANSES. Désinfecter les conserves, passant peu de mains en mains, n’est cependant pas jugé utile, car le risque de contamination par ce biais est très faible.

Peut-on être contaminé en touchant un caddie de supermarché ?
Oui mais c’est peu probable. Les caddies, comme toutes les surfaces, peuvent servir de support au virus s’ils sont souillés par des gouttelettes respiratoires d’un sujet contaminé. Le virus peut rester quelques heures sur une surface comme un caddy, mais en quantité faible. En appliquant les mesures barrières (se laver les mains notamment) et en nettoyant le caddy avec une lingette, le risque devient négligeable.

 

Le ministère des Solidarités et de la Santé actualise ses recommandations régulièrement pour protéger votre santé et vous recommander les bons gestes à adopter face au Coronavirus COVID-19.

Face aux infections, il existe des gestes simples pour préserver votre santé et celle de votre entourage :

  • Porter un masque
  • Se laver les mains très régulièrement
  • Tousser ou éternuer dans son coude ou dans un mouchoir
  • Saluer sans se serrer la main, arrêter les embrassades
  • Utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter
  • Eviter les rassemblements, limiter les déplacements et les contacts

J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au COVID-19 : je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin avant de me rendre à son cabinet ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation.

Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.

Qui est considéré comme une personne « à risque » ?

  • les personnes âgées de 70 ans et plus ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée, une insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV
  • les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  •  les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise (médicamenteuses : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive, infection à VIH non contrôlé avec des CD4 <200/mm³, consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souche hématopoïétiques, atteints d’hémopathie maligne en cours de traitement, présentant un cancer métastasé) ;
  • les malades de cirrhose au stade B au moins ;
  • les femmes enceintes à partir du 3eme trimestre de grossesse ;
  •  les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40kg/m²)

Les personnels de santé considérés comme personnes fragiles peuvent-ils bénéficier d’un arrêt de travail ?
Les personnels de santé à risques élevés, comme le reste de la population, peuvent bénéficier d’un arrêt de travail. Ils seront pris en charge par l’Assurance Maladie, alignés sur les modalités des salariés en termes de délais de carence. Cette disposition s’applique également aux personnels de santé libéraux.

Quel comportement individuel adopter face au Coronavirus ?
Si je n’ai pas de symptômes j’applique les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’évite les embrassades Je réduis mes sorties au strict nécessaire : travail (si télétravail impossible), courses et visites médicales indispensables.

Si je n’ai pas de symptômes mais que je vis avec une personne malade du COVID-19 : je m’isole à domicile, je réduis strictement mes sorties sauf pour ravitaillement alimentaire, j’applique rigoureusement les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’arrête les embrassades), je prends ma température 2 fois par jour et j’auto-surveille les symptômes de la maladie, je fais du télétravail. Je suis les recommandations sanitaires d’isolement à domicile disponibles sur le site du ministère de la Santé.

Si je suis un professionnel de santé ne présentant pas de symptômes mais que j’ai eu un contact avec une personne malade du COVID-19 en l’absence de mesures de protection appropriées : je m’auto-surveille en prenant ma température 2 fois par jour, j’applique les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’arrête les embrassades), je porte un masque sur mon lieu de travail et avec les malades pendant 14 jours, je contacte un médecin et me fait tester systématiquement en cas d’apparition de symptômes.

Si j’ai des symptômes évocateurs de COVID 19 (toux, fièvre) : j’appelle mon médecin traitant ou un médecin par téléconsultation, je n’appelle le 15 que si j’ai des difficultés respiratoires ou si j’ai fait un malaise, je m’isole strictement à domicile. Je me fais tester uniquement si je suis une personne fragile ou à risque, si je présente des signes de gravité, si je suis déjà hospitalisé, si je suis un professionnel de santé, si je suis une personne fragile en structure collective (EPHAD, handicap). Si je n’appartiens à aucune de ces catégories, un médecin effectue le diagnostic sur signes cliniques. Les tests en ambulatoire sont possibles. Les tests en ambulatoire, avec prélèvements à domicile, sont possibles. Si je n’appartiens à aucune de ces catégories, un médecin effectue le diagnostic sur signes cliniques.

Si je suis testé positif ou si je suis diagnostiqué cliniquement : je reste strictement à domicile, si j’ai un rendez-vous médical indispensable je porte un masque pour m’y rendre. En cas de difficulté respiratoire, j’appelle le 15. Je me fais prescrire un arrêt de travail par mon médecin. Selon ma situation, je m’auto-surveille, ou mon médecin met en place un protocole de surveillance. J’applique les consignes de maintien à domicile, pour me protéger moi et mes proches, disponibles sur le site du ministère de la Santé. Mon isolement strict sera levé quand mon médecin confirmera ma guérison.

Si je suis testé négatif, je continue d’appliquer les gestes barrières (je me lave les mains très régulièrement, je tousse et j’éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique, je salue sans serrer la main et j’arrête les embrassades) et continue de limiter mes déplacements au strict nécessaire (travail si le télétravail est impossible, courses, visites médicales indispensables).

Si je suis un professionnel de santé et que je présente des symptômes évocateurs du COVID-19 (toux, fièvre, difficultés respiratoires) : je contacte mon médecin, le médecin du travail de ma structure de soin ou un médecin par téléconsultation. Je n’appelle le 15 que si j’ai des difficultés respiratoires. Je m’isole strictement à domicile et je me fais tester systématiquement. Si je suis positif, je m’isole strictement et je bénéficie d’un arrêt de travail, comme le reste de la population. Si je suis négatif, je peux continuer le travail.

 

Les gants sont-ils utiles ?
Non. Les gants peuvent également servir de support au virus après souillage par des gouttelettes (les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, éternue, ou discute), qui sont le moyen de transmission du coronavirus. Porter des gants est donc inutile, sauf dans des situations très spécifiques (personnels soignants réalisant des prélèvements ou gestes à risque). Ce sont les gestes barrières (se laver fréquemment les mains, tousser dans son coude, utiliser des mouchoirs à usage unique et les jeter après utilisation) et les mesures de distanciation sociale qui sont efficaces.

Faut-il désinfecter les surfaces ? 
Oui. Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés (eau de Javel, éthanol 70%…) sont efficaces contre le COVID-19. En plus du nettoyage régulier, les surfaces qui sont fréquemment touchées avec les mains doivent être nettoyées et désinfectées deux fois par jour, notamment lorsqu’elles sont visiblement souillées. Il s’agit par exemple des poignées de porte, des boutons d’ascenseur, des interrupteurs d’éclairage, des poignées de toilettes, des comptoirs, des mains courantes, des surfaces d’écran tactile et des claviers.