• Accueil
  • Contenu
  • Plan du site
  • Exact matches only
    Search in title
    Search in content
    Search in posts
    Search in pages
    Filter by Categories
    Agence de Communication
    Aide à domicile
    Alarmes
    Alimentation
    Architectes
    Artistes
    Audioprothésiste
    Auto écoles
    Bars Restauration
    Bijoutier
    Bulletin d'Informations Municipales
    Bureau de Poste
    Cabinet d'Assurance
    Chambres d'Hôtes
    Chef à domicile
    Coiffeurs
    Colline Bleue
    Conception graphique
    Conseiller municipal indépendant
    Construction Terrassement
    Culture
    Découvrir & Sortir
    Dentiste
    Divers
    Electricien
    Énergéticienne
    Enfance
    Environnement
    Evénement passé
    Garages Stations Services
    Immobilier
    Infirmière
    Informatique
    Instituts de beauté
    Jardineries Fleuristes
    Kinésiologue
    Kinésithérapeutes
    Laboratoire
    Loisirs
    Magazine des associations
    Majorité
    Médecin
    Menuisiers
    Meublés de Tourisme
    Opposition
    Opticien
    Orthophonistes
    Ostéopathes
    Patrimoine
    Peintres Batiment
    Pharmacies
    Photographes Vidéastes
    Piscinistes
    Plombiers
    Presse Tabac Loto
    Prêt à porter Lingerie
    Psychologue - Hypnothérapeute
    Psychomotriciens
    Psychothérapeutes
    Publications Officielles
    Réflexologie
    Relaxation-Sophrologie
    Salle de réception
    Sécurité
    Solidarité
    Sport
    Taxis
    Transport
    Urbanisme
    Vétérinaires
    Vie associative
    Vie Municipale
  • Portail familles
Accueil > Découvrir & Sortir > Patrimoine > L’Oppidum de Roquefavour

L’Oppidum de Roquefavour

« Le groupe d’études Archéologiques de Ventabren, a fouillé durant 10 ans, sous autorisation ministérielle. L’Oppidum de Roquefavour, dénommé également le camp des Romains ou le Baou de Mario.

Arrêtons-nous quelques instants sur notre village ; Ventabren, véritable nid d’aigle provençal, enraciné dans un long et riche passé historique et archéologique, un  village bien de chez nous, qui a conservé son histoire ou l’imbrication des maisons les unes dans les autres, le chevauchement des toitures, l’étroitesse des rues, bref un ensemble architectural, témoignages porteurs de notre ruralité provençale.

L’habitat de Roquefavour, site perché, formant une véritable bourgade au plan préconçu, est l’attestation d’une occupation indigène importante, il n’avait jamais été fouillé officiellement, si ce n’est que par quelques « clandestins » y ayant effectué des « trous », dans l’espoir de récupérer l’objet de collection, terriers, oh !! Combien navrant, détruisant à tout jamais une stratigraphie Antique.

Culminant à 181,60 mètres d’altitude, sa position le présente comme un poste clé important, véritable « verrou », commandant le passage qui mettait en relation la basse Vallée de l’Arc et l’étang de Berre.

D’une surface de 6 ha, il est reconnu comme l’un des plus vaste de la Provence Occidentale, il est défendu à l’Est par les escarpes naturelles, qui dominent la plaine des Milles et de Roquefavour, du type éperon barré, puissant dans son système défensif, il est ceint au Nord par un rempart de bel appareillage, longé extérieurement par un fossé creusé dans le roc. En amont de celui-ci, nous trouvons des blocs de pierres dressés, afin d’interdire toute approche aux engins lourds, lesquels se voyaient dans l’obligation d’emprunter le chemin antique surveillé du haut du rempart.

La zone fouillée par le G.E.A.V. a intéressé un quartier d’habitations et une rue le desservant Les découvertes effectuées ont pleinement mis en valeur l’ancienneté du site.

Dès le 3ème siècle avant notre ère, les lieux sont occupés, en témoignent des vestiges métalliques et céramologiques de cette période.

Mais c’est entre 70/50 avant notre ère que se situe la période d’occupation principale du site, en témoignent d’ailleurs, les matériels recueillis.

C’est à cette époque, que l’habitat est organisé selon un plan d’urbanisme à l’architecture ordonnée. Entre 25/15 avant JC, le village fortifié est abandonné, présentant ainsi à priori une occupation assez brève de l’oppidum.

La tradition voulait que les légions romaines de Général Marius, y aient installé en 103 avant  JC leur camp afin de fondre sur les CIMBRES et TEUTONS. Les légendes sont vivaces et parfois romancées, le matériel archéologique exhumé, véritable fossile directeur d’une archéologie moderne et comparative, nous permet de proposer scientifiquement que l’oppidum de Roquefavour, présente les caractéristiques d’une occupation CELTO-LIGURE, au sens large du terme, au faciès particulier des OPPIDA, et en aucun cas pour l’instant, d’une présence militaire en provenance de Rome.

Ventabren fait partie des communes qui ont su conserver leur patrimoine, celui-ci est en partie présenté au Musée Archéologique, venez lui rendre visite, et, vous y découvrirez une partie de l’histoire de notre village. »

Jean-Pierre Musso – Chargé de missions archéologiques sur la commune.

Possibilité de visites guidées de l’Oppidum sur rendez-vous auprès de l’Office Municipal de la Culture – 04 42 28 76 47